Différentes raisons pour lesquelles vous pourriez perdre des patients (III)

Comme nous l’avons commenté dans des articles précédents, pour que notre centre de kinésithérapie fonctionne bien et que nos patients soient satisfaits de nos services, nous devons tenir compte de divers détails qui peuvent être à l’origine de leur perte :

 

Vous ignorez les commentaires des patients

 

C’est inévitable : il y aura toujours des patients qui ne sont tout simplement pas faits pour vous, votre pratique ou la thérapie en général. Mais même dans ces cas, la pire chose à faire est de ne pas agir.

 

Pour éviter de tomber dans ce piège, vous devez écouter vos patients, même après qu’ils aient quitté le cabinet. Soyez donc très attentifs aux commentaires sur Internet. Si un patient quitte votre bureau malheureux, il y a toujours une chance que vous l’emmeniez en ligne et que vous partagiez cette expérience.

 

Idéalement, ces problèmes devraient être détectés avant que le patient ne soit suffisamment bouleversé pour les mettre en ligne, et la meilleure façon de le faire est de recueillir des données sur la satisfaction des patients, par exemple au moyen d’enquêtes de satisfaction.

 

Votre jargon technique vous fait paraître inaccesible

 

Il est important de ressembler à un expert, mais si vous devenez trop technique, vous créez une barrière entre vous et les patients. D’une part, les patients peuvent se sentir ridicules s’ils ne savent pas de quoi vous parlez, surtout s’ils pensent qu’ils devraient le savoir. Pour certains patients, cela peut suffire à leur faire craindre de demander des éclaircissements, les faisant se sentir moins impliqués dans leurs propres soins. De plus, le jargon n’est pas propice à la clarté, ce qui signifie que vos patients ne seront pas aussi bien informés sur leur traitement, ce qui, à son tour, aura un impact négatif sur les niveaux d’engagement.

 

Pour améliorer la situation, vous devez vous rappeler que vous n’avez pas toujours été thérapeute. En fait, de nombreux thérapeutes ont choisi la profession de kinésithérapeute parce qu’ils étaient autrefois des patients. Si c’est le cas, utilisez votre expérience pour favoriser l’empathie avec les patients. Précisez également qu’ils sont libres de vous poser des questions. Une communication ouverte et honnête entre les patients et les prestataires de soins contribue davantage à instaurer la confiance que les explications en argot ou les définitions des textes médicaux.

Leave a Reply

Your email address will not be published.